pioneer

OH ! LA VACHE !

Ce sont des fermes laitières m3 qui se sont fixé un challenge à relever :
Des témoignages à découvrir sur www.pioneeretm3.fr 

VERS L’AUTONOMIE ALIMENTAIRE

C’est l’objectif à atteindre pour Coralie Dupont et Nicolas Liard de la SCEA de Launay dans l’Eure (27).
À découvrir dans ce reportage.

 

QUI SOMMES-NOUS

Je suis Nicolas Liard et j’ai repris une ferme laitière avec ma femme Coralie depuis 4 ans. Notre exploitation se trouve au Planquay dans l’Eure (27). Nous possédons 95 vaches Prim’Holstein et 90 hectares de cultures.

 

NOTRE PRODUCTION LAITIERE

Nos vaches font en moyenne 33 à 34 litres de lait par jour. Nous espérons arriver à 35 litres grâce à une ration optimisée. Notre objectif annuel est de 1,119 millions de litres de lait. Celui-ci est confié à la Laiterie Nestlé de Lisieux pour la nutrition infantile. Par conséquent, la qualité du lait est très importante, d’autant plus que nous touchons une prime supplémentaire de 12€ les 1000 litres à chaque fois que nous livrons notre lait à moins de 200 000 cellules. Ce qui représente une rentrée d’argent supplémentaire non négligeable, d’où l ‘importance de sécuriser la ration.

 

NOS CULTURES

- 70 hectares de labour. Dont 40 ha de maïs ensilage (70% en denté farineux m3 et 30 % en corné-denté en 2019 ; nous passerons à 100% de denté farineux m3 en 2021).
- 3 hectares de betteraves fourragères
- 7 ha de luzerne
- 20 ha de blé

+ 20 ha en herbage

 

DÉTAIL DE LA RATION DE NOS VACHES

31 kilos bruts de maïs ensilage 100% denté,
5 kilos de ray grass d’Italie implanté entre le blé et le maïs (17 Ha),
6 kilos de betteraves fourragères,
2,6 kilos de soja 50,
2,6 kilos de tourteau de colza,
1 kilo de farine de maïs grain,
2 kilos de paille,
4 kilos bruts de luzerne enrubannée
et des minéraux.

 

UN NOUVEAU BROYEUR POUR UNE RATIN OPTIMISÉE

Nous venons de faire l’acquisition d’un broyeur à céréales qui nous permet de valoriser le maïs grain et d’obtenir une farine plus fine qu’avant avec une parfaite granulométrie, donc plus digeste et qui évite que les vaches se mettent « en javel » (moins d’acidose intestinale avec le maïs grain fin et moins d’acidose ruminale avec le grain fourrage mal éclaté, moins de mammites et de boiteries). Aujourd’hui on a des vaches qui font des bouses régulières, car elles vont mieux.

On a introduit la luzerne dans la ration (440 kilo bruts) ce qui nous permettra l’année prochaine de passer en 100% denté.

 

NOTRE OBJECTIF AVEC m3 : TRAVAILLER L’AUTONOMIE ALIMENTAIRE

Ici, nous sommes en ration complète. Cela fait maintenant 3 ans que nous mettons du maïs dans l’alimentation de nos vaches. Traditionnellement, c’était du corné denté à 30% d’amidon auquel on rajoutait 2,5 à 3 kg de farine de maïs ou d’orge pour enrichir la ration. Mais cette farine est encore aujourd’hui achetée !

Notre objectif avec m3, c’est de travailler sur l’autonomie alimentaire du troupeau, notamment au niveau de la complémentation en maïs grain et en orge.

Quand nous aurons plus grand, nous pourrons faire plus de maïs et plus de blé. Je pense que nous arriverons à l’autonomie alimentaire d’ici 3 à 5 ans, quand nous produirons notre propre maïs grain. Pour le moment, nous gardons le blé à la vente, car ça fait de la trésorerie, et nous optimisons la culture en récupérant la paille. Nous sommes en rotation maïs / ray-grass / blé.

 

SEULEMENT 700 GRAMMES DE FARINE DANS LA RATION AVEC m3 !

Ce qui nous a plu tout de suite dans le maïs denté farineux c’est son taux d’amidon qui est plus important que celui du corné denté. Avec m3 on est passé de 30 à 40% d’amidon. Cette année, grâce à m3 on complète seulement avec 700 grammes de farine d’orge ou de maïs grain contre 2,5 à 3 kilos avec le corné denté ! C’est une sacrée économie et du chiffre d’affaires qui reste sur l’exploitation.

D’un côté je concentre l’énergie avec le maïs denté et de l’autre, je fais plus de lait :
1° - J’économise environ 20 centimes par vache et par jour.
2° - Je fais environ + 30 cts de lait
Soient 1 kilo de farine économisé + 1 kilo par jour de lait par vache.
Gain total par jour et par vache = 50 centimes !
= 47,50 € de gain par jour.
TOTAL = 17 337,5 € en plus / an.

 

UNE RATION ÉQUILIBRÉE = LAIT EN QUANTITÉ ET DE MEILLEURE QUALITÉ

Le maïs denté farineux m3 représente l’aliment principal de nos vaches. Sa richesse en amidon fait qu’il est très lactogène. Pour équilibrer la ration, nous incorporons de la luzerne, du ray grass d’Italie ainsi que de la betterave fourragère qui favorise la digestion de l’amidon. C’est pour cela qu’on a semé 7 ha de luzerne. À terme, on aimerait passer à 10 ha cultivés pour maintenir à 5 voire 7 kilos bruts dans la ration. Le fait d’augmenter la luzerne va avoir un effet de déconcentration de l’amidon.

Notre objectif = une ration à 25,5 % d’amidon au final.

 

LA DIFFÉRENCE ENTRE NOTRE MAÏS m3 ET UN MAÏS CORNÉ DENTÉ :

 

UN SEMIS PLUS PRÉCOCE
ET « PLUS CLAIR »

Avec m3 j’ai semé plus tôt qu’avec du corné denté (5 avril en 2019). Du coup, ça fait des maïs mieux enracinés et qui traversent mieux les aléas climatiques (chaleur, sécheresse). En terme de densité, nous semons aussi plus clair = 90 à 95 000 grains/ha VS 105 à 110 000 grains avec le corné denté.

Notre objectif : favoriser le taux d’amidon et augmenter le taux de MS… et récolter de bonne heure !

MON SEMI 2020
J’ai semé à 95 000 grains / ha le 15 avril pour le 1er silo, puis le 25 avril sur des terres plus froides pour le deuxième silo.
Avec le changement climatique et les étés secs et chauds que nous subissons, même ici en Normandie, nous devons semer tôt nos maïs.
J’ai semé dans de bonnes conditions, puis nous avons eu de l’eau en mai au moment idéal ainsi que quelques gelées aux Saints de Glace, qui nous ont fait perdre un peu sur le rendement, puis un été chaud et sec. Plus encore que nos maïs, ce sont surtout nos vaches qui ont souffert de la chaleur.

UNE MEILLEURE PROGRAMMATION

Lorsque j’ai testé m3 j’ai tout de suite vu un écart au niveau de la programmation de l’épi : m3 = 16 x 32 / 16 x 34 m3 – 512 à 544 grains. Corné denté = 14 x 30 = 420 grains.

À la pesée, ça fait 2 à 3 T de MS à l’hectare en plus pour 24 T/ha récoltées !

 

UNE MEILLEURE RÉSISTANCE À LA SÉCHERESSE

Du fait de son très bon enracinement, notre maïs m3 est vert (stay green) jusqu’en fin de cycle. C’est flagrant visuellement de voir que les m3 restent verts, là où les cornés dentés vont sécher sur pied. Je pense que le denté farineux supporte mieux la chaleur et la sécheresse et qu’il tirera encore plus son épingle du jeu dans les années futures. Le corné denté est plus beau au démarrage, mais, il décroche systématiquement à la fin.

UN GRAIN QUI S’ÉCLATE BIEN ET QUI EST BIEN DIGÉRÉ

Le grain s’éclate très bien avec l’ensileuse. Par conséquent, il est très bien assimilé par nos vaches. Elles font du lait et on ne constate aucun grain dans les bouses.

FAIRE PLUS AVEC MOINS, C’EST POSSIBLE !

Nous sommes limités par nos surfaces cultivables : 70 ha. Aussi, nous sommes obligés d’optimiser la qualité de notre production et l’apport énergétique pour nos vaches. On veut de la production, mais notre objectif c’est la rentabilité et faire de la marge par vache. Faire du lait pour faire du lait ça ne nous intéresse pas. Avec 35 ha de maïs denté farineux, le challenge est relevé : nous arrivons à nourrir 100 vaches ainsi que nos génisses, pour une production de 1,119 million de lait.

MA RÉCOLTE 2019
J’ai ensilé mon m3 à 34% de MS (avec un maximum de 37%). J’aime bien garder du vert à la récolte car cela participe au bon équilibre de la ration alimentaire de mes vaches. Nous avons ouvert le silo un peu tôt en 2019, car il nous manquait du stock. Cette année, nous souhaitons garder le maïs 3 mois en silo pour l’ouvrir à Noël, c’est pour cela que nous avons construit un nouveau silo.

2020 : DE NOUVELLES VARIÉTÉS À L’ESSAI
Cette année, j’ai testé 4 variétés en Indice 260 et 300 que j’ai semées sur la même parcelle. Nous avons effectué des tests pour analyser et comparer les performances sur plusieurs denté farineux et un corné denté. J’attends les résultats avec impatience car ils détermineront mes choix pour 2021. Dès que nous les aurons reçu je vous en ferai part.
En attendant : portez-vous bien !

 

 

 

Découvrez le Challenge sur un silo d'automne prêt à manger