pioneer

OH ! LA VACHE !

Ce sont des fermes laitières m3 qui se sont fixé un challenge à relever :
Des témoignages à découvrir chaque mois sur www.pioneeretm3.fr à partir de novembre 2019.

UN SILO D’AUTOMNE PRÊT À MANGER

C’est l’objectif que s’est fixé Aurélien Huon du GAEC Ferme de la Brenaille à Montaillé dans la Sarthe (72).

 

QUI SOMMES-NOUS

Je m’appelle Aurélien Huon. J’ai 32 ans, je suis la 5ème génération sur la ferme. Nous sommes 3 associés, mes parents et moi. En prévision du départ en retraite de mon père fin 2019, ma petite sœur va intégrer le GAEC et prendre les parts de mon père dès janvier 2020. Elle et moi avons la même passion pour l’élevage laitier. Nous possédons 115 vaches laitières Prim’Holstein et 130 hectares de cultures.

 

NOTRE PRODUCTION LAITIÈRE

Avec nos Prim’holstein nous recherchons la productivité avec des vaches en bonne santé (longévité). Nous avons 115 vaches laitières qui produisent chacune en moyenne 33 L/J, soit 12 000 litres de lait par an. Notre lait part ensuite au Mans principalement pour la confection des yaourts YOPLAIT.

 

NOS CULTURES

50 ha de céréales dont :
- 40 ha de blé (pour la vente)
- 10 ha de triticale

50 ha de maïs dont :
- 35 ha de corné denté
- 15 ha de denté farineux m3

30 ha herbage : pour le foin, pâturé, enrubanné. Tout est valorisé !

 

LA RATION

Elle est linéaire sur l’année :
¾ ensilage maïs
¼ ensilage d’herbe (enrubannage) qui peut monter jusqu’à 1/3 d’ensilage d’herbe + blé broyé, maïs broyé, soja et lin (en concentrés).

 

NOTRE OBJECTIF AVEC m3 :

AVOIR UN SILO D’AUTOMNE PRÊT À MANGER

Nous sommes en ration complète. Nous faisons des céréales, mais nous ne les valorisons pas (hormis le triticale). Du coup, il nous manquait de l’énergie dans la ration. Je me suis mis à chercher des moyens pour assurer une sécurité fourragère. J’ai connu m3 en lisant des reportages dans la presse agricole. Il était écrit que les m3 s’associaient très bien avec de l’herbe de bonne qualité. Je recherchais un maïs complémentaire à l’ensilage d’herbe et qui apportait un rapport amidon / digestibilité qui soit cohérent avec notre ration afin :

1° D’avoir une ration linéaire tout au long de l’année
2° De maximiser la productivité par vache sans à coup
3° D’avoir un coût de ration qui soit cohérent par rapport à notre système
4° De bénéficier de la souplesse de récolte (nous sommes en CUMA et les récoltes sont planifiées à l’avance).

 

UN SILO D’AUTOMNE PRÊT À L’EMPLOI POUR UNE RATION ÉQUILIBRÉE

Nous avons récolté le 30 septembre 2019. Le silo de m3 a été ouvert fin octobre, début novembre. Jusqu’à présent nous stressions un peu sur les rations d’automne qui étaient parfois bancales et déséquilibrées pour les vaches. Dès que nous avons intégré du denté farineux m3, le résultat sur les vaches s’est senti immédiatement :
- La productivité est maintenue à 33 L/J
- Le troupeau se maintient en état
- Et nous ne constatons presque aucun grain dans les bouses, signe que la ration est bien valorisée.

 

UNE RATION PLUS RICHE EN AMIDON = ÉCONOMIES

Jusqu’à présent, l’amidon était apporté principalement par le triticale et le maïs broyés en complément de la ration. Grâce à m3, qui est naturellement riche en amidon digestible, nous avons réduit cet apport supplémentaire de céréales d’environ 1,5 kilo en moins par jour par vache !

 

PLUS DE SOUPLESSE DANS NOTRE ITINÉRAIRE TECHNIQUE

J’ai semé 15 ha de m3 P8333 en 2018 que j’ai reconduit en 2019 sur la même surface avec un semis plus tardif pour pouvoir récolter en même temps que les autres maïs cornés dentés plus tardifs (objectifs récolte m3 : 35-38% de matière sèche pour maximiser le taux d’amidon dans la plante) Nous travaillons en CUMA : nous sommes une trentaine d’éleveurs pour caler le planning d’ensilage sur tout le mois de septembre (nous avons une ensileuse). Par conséquent, les plannings sont assez denses. Aussi, cette souplesse de récolte des maïs m3 nous permet de moins stresser.

 

MES CHOIX POUR 2020

Sur la campagne 2020, je vais tester l’hybride denté farineux m3 P8666 (un peu plus tardif) sur une vingtaine d’hectares pour maintenir un silo de transition à l’automne et éventuellement travailler sur un silo m3 au printemps pour la mise à l’herbe afin de sécuriser la ration du troupeau.

 

Découvrez le Challenge sur l'autonomie alimentaire